Lutendele

République Démocratique du Congo

Les femmes
congolaises sont chefs de famille

Pourtant, elles n’ont reçu aucune forme d’éducation dans une société ou le pourcentage de femmes scolarisées est très bas. Pour tirer profit de leurs cultures elles ont besoin de formation et de suivi.

Veulent avoir accès à de meilleurs marchés, mais le manque de ressources pour la distribution de leurs produits les en empêche. De plus, les besoins alimentaires sont visibles et on doit les renforcer.

Pourquoi?

  • Pour donner du pouvoir aux paysannes 

    Pour qu’elles se sentent capables de gérer leurs exploitations, augmentant ainsi la production et le rendement de leur activité.
  • Pour fournir aux marchés

    Une variété de produits, comme des légumes et la commercialisation des excédents.

  • Pour l'organisation civile des femmes

    Pour commercialiser l’ensemble les excédents et organiser un point local d’approvisionnement en semences et engrais.

     

  • Forte demande alimentaire (de qualité) à Kinshasa, grande ville avec une population de plus de 10 millions d’habitants

  • La stratégie nationale pour l’obtention de la sécurité alimentaire, fondée sur la modernisation du secteur agricole et le développement des zones rurales.

  • Parcours positif de travail avec les bénéficiaires du partenaire local CECFOR depuis plus de 23 ans .

  • La Fondation Montblanc et CECFOR travaillent ensemble depuis 2005, année au cours de laquelle a été lancé un projet de même acabit.

Opportunités dont bénéficie le projet